Nouvelles du front

Publié le Jeudi 5 novembre 2009 10:16
par Thierry Raspail
Nouvelles du front
Le directeur artistique de la Biennale revient, entre autre, sur le classement "Power 100 list " et les différentes expositions en cours en Europe et à Lyon. (part. 1/3)
Décerné par ArtReview, le mag british le plus hype et le plus sérieux (c'est possible chez nos amis anglais), le Power 100 list, Nobel de l'art contemporain, revient cette année à Hans Ulrich Obrist, commissaire invité de la Biennale de Lyon 2007. Il coiffe sur le poteau Nick (Sir Nick) Serota de la Tate Gallery (à ce propos, n'allez pas voir Pop Life, on y reviendra). Il lâche Daniel Birnbaum (commissaire de la Biennale de Venise, de la Triennale de Turin et l'un des 50 « joueurs » de la Biennale de Lyon 2007). Larry Gagosian, le best of de Chelsea, est 5e. Damien Hirst, the beast of the market (un peu plus de 130 millions d'euros pour sa dernière vente publique) s'enfonce à la 48e place. Olafur Eliasson, qu'on a vu à la Biennale de Lyon 2005, invité par Nicolas Bourriaud et Jérôme Sans, disparait (sa monographie au SF MOMA était topless, à NY elle était beaucoup plus less). Richard Prince, le Lady Di de la photo Paparazzo, réintègre le peloton à la 47e place. Il avait choisi les Mylayne, tout comme la revue Parkett (référence absolue en Europe, qui leur a consacré trente pages et une édition à l'occasion du 20e anniversaire du magazine - il reste quelques exemplaires).
Les Mylayne, qu'on a vu au MACLyon récemment, sont chez Barbara Gladstone à New York et sont inaltérable ment soutenus par la LANNAN Foundation (celle qui soutient le meilleur du Land Art depuis des décennies) - en France, rien. Trouvez-vous cela étonnant ? Curieux ? Ou logique ? Ah, si ! Télérama leur a consacré un excellent papier - Olivier Sénat était en vacances, de plus il ne couvre pas la photo (Olivier est libre et dépendant, et c'est rare - il devrait juste consulter un ophtalmo). Les Mylayne étaient à la Biennale de Lyon 2001.

En 2007, Daniel Birnbaum donc, choisissait de montrer Tomas Saraceno. Sa triennale Turinoise et sa biennale Vénitienne ont été controversées : choisir c'est risquer la controverse et il y en a tellement qui n'ont rien à verser car ils sont vides. A Venise cette année, Birnbaum ouvre l'exposition internationale avec Wade Guyton et Kelley Walker. Tous deux étaient à Lyon en 2007 (tiens !). Leur cote explose sur le marché international ; si ça n'est pas un gage de qualité, c'est tout de même dommage pour ceux qui n'ont pas su acheter à temps. Pour les autres, les pugnaces et les riches, il y a encore de la marge. Mais, me direz-vous, pourquoi le MACLyon n'a pas acheté ? Devinez !
Ah oui, Birnbaum a aussi invité entre autres à Venise Pascale Martine Tayou, qui y a créé une pièce magistrale supportée par le trio d'enfer de San Giminiano, les Continua (c'est un nom de cirque).
On avait invité Pascale en 2000 et en 2005 à Lyon ; on a conservé de lui une superbe pièce dans la collection du MAC que vous pouvez courir voir à l'expo Véhicules, avec celle de Xu Zhen, l'artiste qui a exposé le sommet d'une montagne chinoise à Istanbul, coupé à la scie sauteuse. A Lyon il a transformé une Volvo en machine à laver pour l'exposition Le Moine et le Démon en 2004. Toujours dans l'expo Véhicules, jetez un œil à l'œuvre de Philippe Perrin qui a reconstruit la BM de Mesrine (le mec qui n'a pas eu le temps d'écouter les Clash en entier) et le tube Citroën de Marina Abramovic, l'égérie de la perf' européenne. L'exposition, organisée par Veduta et le MAC, se déroule au Centre Charlie Chaplin à Vaulx-en-Velin du 23 octobre au 22 novembre 2009. Elle s'intitule Véhicules... Qu'est ce qu'un véhicule ? Un transport mécanique, un flux, un fluide un déplacement mental, une course de côte, une œuvre d'art ou une planche à roulette ?

 

  • Commentaire du Mardi 10 novembre 2009 15:51 par Sophie Mouron
    Sympathiques ces petites nouvelles du front... juste une interrogation : un cénat peut-il en cacher un autre... de sénat ? ou vice-versa ?
Laissez votre commentaire :