La galerie de la Biennale

mounir fatmi refuse toujours de céder à une forme acquise, jusqu’à son nom et son prénom dont il ôte les majuscules. Pour la Biennale, l’artiste crée une œuvre composée de vhs dévidées sur un mur dont le rythme régulier des pivots de rembobinage blancs est rendu nébuleux par le flux des bandes vidéo qui serpentent jusqu’au sol et envahissent les photocopieurs situés à proximité. Sur les côtés, des projections vidéo diffusent des calligraphies arabes. Les œuvres de mounir fatmi confrontent des mondes culturels qui se superposent plus qu’ils ne s’affrontent sans jamais vraiment se rencontrer. La question de la duplication des mémoires, de leur usure, et par conséquent du bégaiement des transmissions culturelles et mentales est au cœur de cette œuvre. Le visiteur est invité à utiliser les photocopieurs, mais que conservent-ils de ce jeu ? Une image vide ? La trace vaine d’un rectangle de papier ? Comment aujourd’hui construit-on une mémoire, comment s’écrit l’histoire ?

Avec le soutien de Ceprho Toshiba, Lyon / Avec le soutien de Lombard-Freid Projects, New York.

 

mounir fatmi
Ghosting, 2009
Photos: Blaise Adilon
photo 17/81
Photo précédentePhoto suivante
Musée d'art contemporain
3ème étage
Comment y aller ?
Agenda
    Bookmark and Share

Agenda

Biennale
Focus
Résonance
Veduta

27.03.18


Aucun évènement à cette date

D'un seul coup d'oeil

Le programme du
Forum Sarkis/Mac Lyon

 


Les partenaires de la biennale

La Biennale de Lyon est un événement des Biennales de Lyon

English Version
|
|
|
|
|
|