La galerie de :
La Sucrière

Jimmy Durham expose deux œuvres. La première, créée pour la Biennale, est composée d’un échafaudage et de caméras de surveillance, alliance inattendue de deux objets aux usages et aux symboliques opposées. L’un est rutilant, sorti d’usine, outillage standard et commun à toutes les entreprises de BTP, qui orne les murs en construction ou en reconversion. L’autre, généralement caché, surveille nos faits et gestes. Ensemble ils composent un étrange dispositif : qui construit quoi, qui surveille qui ? Plus loin dans l’exposition, Durham expose Thinking of You (« en pensant à toi ») : un perchoir surmonté d’un vautour d’aluminium. Altière, la silhouette de l’oiseau de proie se découpe dans la lumière et joue plus sûrement que toutes les caméras du monde le rôle de gardien d’un ordre établi.

Jimmie DURHAM
Regarde, 2009
Photos: Blaise Adilon
photo 4/58
Photo précédentePhoto suivante
La Sucrière
Rez-de-chaussée
Comment y aller ?
L'édition 2009 > Les lieux
    Bookmark and Share

La Sucrière

Construite dans les années 30 et agrandie en 1960, la Sucrière est une ancienne usine de sucre utilisée comme entrepôt jusque dans les années 90. Elle est réaménagée en 2003à l'occasion de la Biennale et en devient le lieu emblématique, au cœur du nouveau quartier de la Confluence.
L'entrée dans cet espace d'exposition de 7000m² se fait par les anciens silos. Le public parcoure ainsi le chemin emprunté par les anciens arrivages de sucre.

La Biennale est organisée en cinq chapitres : la Magie des choses, l’Eloge de la dérive, un Autre monde est possible, Vivons ensemble et Veduta. A chacun d’entre eux correspond une couleur, précisée sur les plans d’exposition ainsi que dans les espaces.
La Sucrière accueille trois des chapitres de la Biennale : la Magie des choses, l’Eloge de la dérive et un Autre monde est possible.

Comment y aller ?



Les artistes exposés :


 


Les partenaires de la biennale

La Biennale de Lyon est un événement des Biennales de Lyon

English Version
|
|
|
|
|
|