La galerie de :
M. ALVES

Et si l’on inversait l’attitude classique de l’occidental bien-pensant se rendant chez les gentils indigènes ? Dans son docu-fiction " Iracema (de Questembert) " réalisé pour la Biennale, Maria Thereza Alves raconte l’histoire ambigüe d’une jeune indigène du village reculé de Corubime au Brésil. Celle-ci entreprend un long voyage qui la mène de São Paulo jusqu’en France, où elle apprend qu’elle vient d’hériter de son père. Iracema est désormais propriétaire d’un vaste domaine que les autorités locales préfèreraient lui racheter plutôt que de le laisser entre les mains d’une " sauvage ". N’écoutant que son courage, notre jeune héroïne se bat pour conserver son bien et y fonde l’Institut Questembert pour l’art et la science. Elle prononce des discours au Forum social mondial de Porto Alegre et entreprend de rencontrer artistes et penseurs. En analysant la France et plus largement les réflexes culturels d’un point de vue " extérieur ", Maria Thereza Alves interroge aussi les positions de force et de faiblesse qu’induisent les automatismes qui régissent les sociétés occidentales.

Avec le soutien de la Villa Medici, Rome.

Maria Thereza ALVES
Iracema (de Questembert), 2009
Photos: Blaise Adilon
La Sucrière
2ème étage
Comment y aller ?
L'édition 2009 > Les artistes
    Bookmark and Share

Maria Thereza ALVES

Née en 1960 à São Paulo, Brésil.
Vit et travaille à Berlin.

La question de l’identité est au coeur des préoccupations de Maria Thereza Alves, dont les oeuvres portent une attention particulière au contexte dans lequel elle travaille. L’artiste tente de comprendre à travers des recherches inlassables, entre poésie et ethnologie, les automatismes qui régissent les sociétés actuelles et les positions de force et de faiblesses qu’induisent ces automatismes.



Les oeuvres exposées :

Iracema (de Questembert)

Lieux d'exposition :



 


Les partenaires de la biennale

La Biennale de Lyon est un événement des Biennales de Lyon

English Version
|
|
|
|
|
|